Témoignages

stagiaires
Geoffrey Crespel, créateur des Samedis sauvages,
sorties pour retisser des liens endormis avec la nature.

« En participant au stage CyberTracker, je voulais acquérir des connaissances précises sur les animaux qui peuplent nos forêts. Les réponses que j’ai trouvées ouvrent à encore plus de questions. Mon regard s’est aiguisé au point de voir des crottes de souris en forêt. J’ai appris à poser le regard sur des choses que je n’avais jamais regardées. Ce qui rend la forêt encore plus mystérieuse et hospitalière à la fois. » Les samedis sauvages

Eléonore Lluna, directrice de Time on target et monitrice de survie. Initialement infirmière de formation, titulaire d’un Certificat de qualification professionnelle animateur·rice de randonnée de proximité et d’orientation.

« Dans le milieu de l’autonomie en pleine nature, il existe beaucoup de formatons. Mais CyberTracker fait la différence parce que cela repose sur une certification internationale. Au cours de ce premier stage, je souhaitais approfondir mes connaissances qui étaient encore très faibles en la matière. J’en retiens que le pistage animalier est un domaine très vaste et très pointu, les traces et les indices sont très variés, mais en trois jours, on acquiert des clés de lecture qui font de ce domaine passionnant quelque chose de finalement assez accessible. Les connaissances que j’ai acquises sont directement applicables aussi bien pendant mes promenades en famille, que sur un plan professionnel, pour moi, qui passe beaucoup de temps en plein air. Ce e première approche du pistage m’a donné envie d’approfondir par moi-même, je vais continuer à prendre des notes, à exercer mon regard, je vais constituer ma collection d’empreintes. Je suis très motivée par la certification en février, c’est important d’évaluer ses compétences. » Time on Target

Pascale Laussel, du Réseau pour les Alternatives Forestières. Créatrice de l’association Dryade qui promeut une démarche citoyenne de gestion forestière.

« A titre personnel, ce stage de pistage m’a apporté beaucoup de clarté sur les activités animales et une plus grande précision de mes observations, pour moi qui passe beaucoup de temps en forêt. J’en retiens aussi une meilleure lecture de l’impact de la faune sur la régénération des forêts et plus largement une meilleure lecture de la santé et de la biodiversité des forêts. En trois jours, nous avons vu beaucoup de pattes, de crânes, de crottes d’animaux, d’indices de passage. Cette vision très complète de la physionomie et de la physiologie des animaux a été reliée à leurs comportements, c’est passionnant. Après avoir vu la dentition sur les crânes des cervidés par exemple, je suis capable de savoir si la petite branche que j’observe a été cassée par l’un d’entre eux ou si c’est autre chose. Je compte bien intégrer davantage le pistage dans mes activités d’accompagnement d’enfants et d’adultes en forêt. D’ailleurs, de retour en forêt, j’ai trouvé un crâne de blaireau adulte que j’ai immédiatement identifié. Je l’ai montré aux « enfants des bois » et grâce à mes questions, ils ont également réussi à reconnaître l’animal. Ils étaient captivés. Prochaine étape : m’inscrire au stage de trailing. » Dryade-bains de forêts

%d blogueurs aiment cette page :