Guide pratique de la traque

Stage de traque CyberTracker dans une forêt française.
Sur la piste fraiche d’un cerf élaphe.
Photo : Thomas Baffault

Le pistage, n’est pas magique !

Cela s’apprend patiemment à travers la pratique. Même si regarder un.e pisteu.r.se expert.e remonter une piste peut sembler magique, dans la mesure où nous ne comprenons pas nécessairement ce qu’il/elle fait, ni ne sommes témoins des longues années passées à apprendre et à acquérir ses compétences de pistage.
Personne ne naît pisteu.r.se et chacun.e a le potentiel de suivre et de trouver les animaux sauvages. Voici une révélation libératrice : qui que ce soit, indépendamment de son contexte d’origine, peut apprendre les techniques de pistage !
Avant de parler des bases du pistage, nous devons comprendre ce qu’est le pistage. Une analogie fréquente consiste à regarder les empreintes animales comme des lettres et des mots, pister serait comme lire un texte. Quand un enfant apprend à lire, le processus d’apprentissage commence par l’identification des caractères, dans le monde occidental, il s’agit principalement des voyelles et consonnes de l’alphabet. Les caractères sont assemblés pour former des mots, qui sont assemblés à leur tour pour former des phrases, les phrases forment des paragraphes, et ainsi de suite. Finalement c’est la capacité du/de la lect.eur.rice à identifier rapidement les caractères, les associer et interpréter le contexte dans lequel ils apparaissent qui détermine son apprentissage de la lecture. Lire c’est donc identifier, suivre et interpréter les caractères. Pour compléter cette analogie, pister c’est identifier, suivre et interpréter les traces et indices des animaux sauvages.

Kirrie Tieties l’une des premières femmes à avoir participé aux évaluations CyberTracker en Afrique du Sud en 2003. Depuis quantité d’autres femmes y ont participé aussi bien en Afrique qu’en Amérique du nord et en Europe.
Photo : Mark Elbroch


Il existe d’innombrables anecdotes à propos d’ancien.ne.s pisteu.r.se.s capables de suivre leur proie sur n’importe quel type de terrain ou dans l’obscurité totale et qui pouvaient dater les empreintes avec une étonnante précision. Mais il y a peu d’enregistrements vraiment fidèles des pisteu.r.se.s historiques ou des compétences historiques en pistage. Nous nous sommes donc tournés vers les pisteu.r.se.s du monde moderne dans le but de mieux comprendre ce qui fut et ce qui est possible sur le terrain. Nous avons eu la chance de rencontrer des gens extraordinaires, d’être témoin de traques incroyables et nous sommes heureux d’affirmer que tout ce que nous avons vu sur le terrain semble faisable si l’on y consacre suffisamment de concentration et de pratique.
Le pistage était fondamental pour pouvoir chasser aux premiers temps de l’humanité (Liebenberg 2006) et il est toujours pratiqué aujourd’hui par les chasseurs-cueilleurs, les guides de chasse, les biologistes, les équipes de recherche et de secours, les soldats en opération et les enquêteu.se.r.s judiciaires. De plus en plus, les gens pratiquent aussi le pistage d’animaux sauvages comme une forme d’éducation à l’environnement (Elbroch 2003) et pour en apprendre plus sur eux-mêmes (Young et Morgan 2006). Ce livre ne traite pas du « pourquoi » mais plutôt du « comment ». Nous essayons ici de composer un guide pratique et inspirant pour interpréter les traces et indices, suivre les pistes et trouver des animaux sauvages.

Ce qui est partagé dans ce livre est le savoir accumulé par ses auteurs ainsi que tous les savoirs qu’ils ont eu la chance de rencontrer à travers la communauté grandissante qui participe aux évaluations de CyberTracker. Le processus d’évaluation CyberTracker est divisé en deux parties : traces et indices (identification et interprétation) et la traque (interprétation avancée et recherche de l’animal). L’interprétation de traces et d’indices est fondamentale pour permettre une traque compétente, mais ce ne sont que les « lettres » et les « mots » nécessaires à la lecture. C’est sur la base de ce deuxième élément des évaluations CyberTracker, la traque, que ce livre se développe. Nous allons tenter de décrire ici tous les composants nécessaires à une traque efficace pour découvrir l’animal avec succès.

Pisteu.r.se.s des temps modernes

Empreintes dans le sable.
Photo : Thomas Baffault

Louis raconte une histoire fabuleuse à propos de son premier voyage à LoneTree, un village reculé dans le centre du Kalahari. Louis avait pratiqué le pistage tout seul dans le but de développer les compétences nécessaires pour entamer une recherche sur le pistage tel que le pratiquaient les communautés San Bushmen. Il avait eu la chance de rencontrer un missionnaire qui travaillait à LoneTree lui ayant assuré qu’il y connaissait les meilleurs chasseurs et qu’il pourrait les présenter à Louis. Il dit à Louis que chaque semaine après la messe du dimanche l’un des hommes racontait toutes les chasses fructueuses de la semaine passée. Et le prêtre assura à Louis qu’il s’agissait systématiquement d’une impressionnante liste d’animaux.
Louis pris donc la direction de LoneTree à travers les routes sableuses qui s’enfonçaient profondément dans le bush. Comme promis, le prêtre présenta à Louis un vieux chasseur San, qui commença immédiatement à affirmer qu’il faisait partie des meilleurs. Il déroula la liste de tous les animaux qu’il avait chassés avec succès dans un passé récent. En conséquence, Louis demanda au chasseur si celui-ci serait d’accord pour l’emmener suivre une chasse dans le bush pour lui faire partager ses connaissances.
Le chasseur accepta, et déclara que son meilleur ami était aussi un des meilleurs chasseurs et qu’il voulait se joindre à eux. Louis accepta, enthousiaste à l’idée d’avoir deux potentiels maîtres chasseurs au lieu d’un seul.
En entendant cette conversation un jeune chasseur du nom de !Nate se rapprocha de Louis et demanda à se joindre à l’expédition. Il dit que si les aînés allaient lui enseigner le pistage, lui aussi aimerait apprendre. Louis accepta mais juste à ce moment, un ami de !Nate s’invita également dans la partie. Louis se sentait légèrement débordé quand un autre vieux San annonça que lui aussi avait besoin de se joindre au groupe. Son nom était !Nam!Kabe, et il dit que si les jeunes venaient, il faudrait qu’il vienne aussi pour vérifier qu’ils se tiennent correctement. C’était donc ainsi, le groupe était constitué et avec l’addition d’un interprète ils partirent tous le lendemain matin dans la partie sauvage du bush à l’est du village.
Louis raconta plus tard qu’il était évident dès le premier jour que les meilleurs chasseurs autoproclamés étaient inutiles sur le terrain mais que !Nam!kabe était un pisteur et chasseur incroyablement talentueux. !Nam, le fils de !Nam!kabe était également phénoménal. D’après Louis ce même schéma se répétait dans tous les villages San ou il travaillait. Il demandait qui étaient les meilleurs chasseurs puis il allait à la rencontre de ceux qui n’avaient pas parlé, qui ne se vantaient pas de leurs prouesses et de leurs succès, puis il leur demandait de le guider sur le terrain.
Mark Elbroch

Titre original : PRACTICAL TRACKING A guide to following & finding animals

Auteurs : Louis Liebenberg, Adriaan Louw, Mark Elbroch

Traduction Française de l’introduction : Thomas Baffault

Un commentaire sur “Guide pratique de la traque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :